top of page
  • Photo du rédacteurmarylinecd

Chacun de nos mouvements a de l’importance car ils façonnent et configurent notre corps

Si vous allez dans une salle de Fitness, vous pouvez voir nombre d’hommes et de femmes exercer avec plus ou moins d’aisance leur corps sur des équipements sophistiqués, soulever des haltères, courir sur des tapis de course, s’entraîner sur des rameurs, respirer, transpirer et apprécier l’impact de l’exercice sur le corps et l’esprit. Le corps adore bouger, avec modération bien sûr car des mouvements trop brusques, trop durs ou trop intenses feront souffrir l’organisme et seront contre-productifs car il en résultera un stress qui ne sera pas bénéfique.


Si vous rendez visite à un parent dans une maison de retraite, vous verrez des résidents qui marchent avec grande difficulté, quand ils peuvent marcher et qu’ils ne sont pas en fauteuil roulant, le corps raide et limité dans leurs mouvements. Un simple déplacement du fauteuil à la salle de bains par exemple a l’apparence d’une expédition où tous les efforts sont mobilisés pour contrer un corps qui visiblement ne peut plus avancer.


Toute notre vie nous bougeons, nous faisons constamment des mouvements qui nous aident à accomplir toutes les tâches de notre journée au travail, en déplacement, à la maison. Il est dit que nous bougeons même pendant que nous dormons, particulièrement quand la journée précédente a été stressante ou anxiogène. Notre vie est une accumulation de mouvements du berceau à notre dernier souffle et, à la fin de notre vie, notre corps sera le reflet de ce qu’a été la qualité de nos mouvements pendant toute notre existence.


La qualité de nos mouvements


Soyons francs, notre corps (et le mien compris) est soumis à des tensions au quotidien. Dans mon métier de thérapeute énergéticienne, je n’ai encore jamais vu un corps complètement fluide et dénué de tensions ! Chaque moment apporte son lot de tensions, ou exprimé plus précisément : nous vivons dans une tension continue affectant telle ou telle partie du corps à tel ou tel moment de la journée ou de la nuit. Notre corps n’a jamais de répit. Cette crispation des tissus entraine une raideur et des mouvements inappropriés et, à leur tour, entraînent une crispation des tissus.


Notre organisme est très adaptatif. Les cellules réagissent aux contraintes et aux tensions qu’elles subissent et nos os se remodèlent en fonction de ces tensions et contraintes. Le corps n’est pas statique. Si une personne se voûte à mesure qu’elle vieillit, cela signifie que la structure des os de son dos se courbe aussi petit à petit. La structure osseuse de ce dos est sollicitée de manière répétée et continue par les mêmes forces de tension qui ne sont pas corrigées. Le résultat final est un dos qui se voûte.


Il en est de même pour nos membres supérieurs pour prendre un autre exemple. Si les mouvements répétés de notre bras droit sont durs, agressifs, voire même violents, des douleurs chroniques dans les poignets, les coudes ou les épaules s’en suivront inévitablement si l’on ne corrige pas notre façon de nous mouvoir. Notre corps s’adapte à notre façon de bouger et si elle est délétère, cela aura un impact permanent sur notre squelette.


Il est donc bon d’être conscient de notre manière de bouger à chaque moment de notre journée car cette qualité de mouvements est importante pour notre santé et notre bien-être.


Se mouvoir en pleine présence


Notre vie est donc une série de mouvements répétés qui soit soutiennent notre corps physique et notre état de bien-être général, soit durcissent et restreignent notre flux naturel.


Combien d’entre nous sont conscients de leur ressenti physique, de leurs mouvements dans le moment présent ? Quand c’est le cas, nous ressentons ce qui se passe réellement et notre corps communique avec nous constamment. Nous “habitons“ alors notre corps. Il nous fait toujours savoir avec amour ce dont il a besoin et ses messages sont constants : peut-être est-ce le moment de faire une pause sur une ère d’autoroute quand nous sommes fatigués, la journée a été bien remplie et peut-être est-il temps de se préparer pour aller au lit, nous avons travaillé sur l’ordinateur toute la matinée et peut-être devons-nous maintenant sortir pour nous aérer un peu.


S'arrêter et passer seulement cinq minutes à se reconnecter au corps peut offrir une pause bienvenue qui permet d'éviter de trop solliciter le corps, de passer en sur-régime ou en pilote automatique avec le stress et les retombées qui en découlent souvent.


Cela peut être aussi simple que de respirer et de sentir la fraîcheur du souffle lorsqu'il entre dans les narines et la chaleur lorsqu'il en sort, et de laisser tomber les épaules en expirant. Le corps reçoit alors un mini-massage intérieur au rythme de l’expansion des poumons.


Ou sentir les pieds sur le sol, les fesses sur la chaise et l'allongement de la colonne vertébrale ; ajuster sa position et remarquer comment la qualité de nos pensées peut changer et est intrinsèquement liée à notre posture.


Ou sentir notre corps allongé porté par le matelas de notre lit et sentir nos bras immobiles de l’épaule au bout des doigts et lâcher littéralement prise c’est-à-dire que les muscles des bras sont lourds, immobiles et libérés de toute tension.


Tout est mouvement et il n'y a rien de statique, même si cela peut sembler l'être. La qualité de ces mouvements dépend vraiment de nous.


Dans ce contexte, il est logique qu'une manière fixe et inflexible de voir les choses puisse à son tour provoquer une rigidité dans le corps et obstruer le flux naturel d'énergie ou de mouvement à travers notre corps. De même, le fait de se laisser emporter par une émotion ou d’être dans la réaction face à une situation qui ne nous concerne pas peut être source de stress pour l’organisme. Ce n'est pas toujours le mouvement physique extérieur, tel que l'exercice physique excessif dont nous pouvons ressentir les effets, cela peut être plus subtil ... comme une raideur de la nuque et des épaules ou un resserrement des muscles ischio-jambiers lorsque nous nous sommes contractés et/ou avons réagi à quelque chose dans notre journée.


Souvent, l'esprit prend le pas sur la sagesse du corps et pourtant, le corps ne ment pas et il est très clair dans ses signaux lorsque nous sommes ouverts à l’écoute. Il suffit simplement de recevoir ses messages dans notre quiétude et de nous connecter à lui constamment, en pleine conscience.


La qualité de la connexion que nous entretenons avec notre corps et sa multitude de mouvements peut modifier la qualité du flux d'énergie qui nous traverse.


25 vues0 commentaire

Comments


bottom of page