Rechercher
  • marylinecd

Endométriose : une maladie incurable ou le reflet de notre mouvement constant ?

Par Dr Fiona Williams pour www.unimedliving.com - traduit de d’anglais



L'endométriose est une maladie gynécologique douloureuse qui touche environ 1,5 million de personnes en Australie, similaire au nombre de personnes touchées par le diabète rien qu'au Royaume-Uni [1,2]. Dans le monde entier, on estime que 176 millions de femmes (10 % d'entre nous) ont la maladie [3], ce qui, selon même les experts de la santé, est mal diagnostiqué, sans cause ou remède définitif [4]. Par conséquent - le chiffre réel est probablement beaucoup plus élevé.



Par conséquent, l'endométriose porte un fardeau personnel, sanitaire et économique croissant - en termes de perte de travail, de vitalité et de coûts de traitements [5].



Il ne fait aucun doute que l'endométriose possède des statistiques assez alarmantes pour nous toutes en tant que femmes. Et, en tant que médecin, je participe au diagnostic d'imagerie de l'endométriose, observant les souffrances souvent longues qui se produisent avant qu'un diagnostic ne soit finalement posé, en moyenne environ 7 an et demi [6].



Alors, pourquoi cette condition débilitante vole-t-elle encore sous notre radar ?



Pour répondre à cela, nous devons revenir à la maladie elle-même et nous demander ce qu'elle reflète sur la qualité quotidienne dans laquelle nous vivons, en tant que femmes "modernes". Et quelle énergie utilisons-nous pour faire ce que nous faisons. Si nous sommes prêtes à “relier les points pour comprendre le dessin“ entre cette maladie énigmatique et son reflet de notre qualité de vie, nous pourrions nous retrouver sur la voie d'une approche “DIY (Do It Yourself)“ de notre corps féminin et de sa véritable ré-harmonisation. Alors, explorons le quoi, le comment et le pourquoi...



L'endométriose se produit lorsque les cellules tissulaires spécialisées qui tapissent l'intérieur de l'utérus (celles qui saignent à chaque cycle) commencent à quitter leur lieu naturel et à errer hors de l'utérus. Les cellules migrent vers les ovaires, les intestins et d'autres tissus pelviens, parfois même au-delà, par exemple le foie. Ces cellules continuent de croître et de saigner à chaque cycle menstruel, provoquant la formation d'irritations, de cicatrices et de bandes fibreuses entre d'autres tissus corporels (appelées “ adhérences“). Ces cellules “endométriales“ sont ensuite piégées ou “coincées“ en dehors de leur environnement physiologique le plus favorable, ce qui entraîne plusieurs symptômes débilitants.



Les symptômes ont tendance à affecter les femmes en âge de procréer. Graves mais vagues, elles imitent souvent d'autres affections inflammatoires pelviennes ou intestinales. Ils comprennent [7] :


  • Règles douloureuses : crampes pelviennes excessives ou prolongées.

  • Douleurs lombaires et abdominales, souvent avec diarrhée ou constipation, nausées et ballonnements.

  • Douleur pendant ou après les rapports sexuels (fréquent).

  • Douleur en passant de l'urine ou des selles, pire pendant les règles.

  • Saignements menstruels excessifs ou saignements entre les règles.

  • Incapacité à tomber enceinte. C'est souvent le déclencheur des recherches, lorsqu'une femme recherche un traitement de l'infertilité.



Donc, pour résumer, ce que nous avons, c'est une situation où des cellules utérines bien orchestrées et de conception unique, s'éloignent de leur environnement physiologique, se retrouvent piégées ou “coincées“, font des ravages corporels dans les tissus voisins et sabotent considérablement l'environnement énergétique correct pour qu'un bébé puisse se développer.



C'est comme si notre corps de femme nous disait (ce qui est bien sûr le cas) que nous avons permis à des émotions, un stress, un sentiment d’accablement, de l’anxiété et/ou de la dureté de s’installer et d’envahir la quiétude naturelle qui nous relie à notre corps, cette même qualité d’auto-connexion que beaucoup d’entre nous (moi-même inclus) nous sentons lorsque nous sommes enceintes. Et, le sentiment de connexion divine qui vient des cycles des corps féminins, des cycles de la nature et de l'univers lui-même.



Cette “histoire“ énergétique de l'endométriose devient encore plus convaincante lorsque l'on considère les mécanismes proposés par les chercheurs pour expliquer le “comment“ de l'endométriose [7]. Par exemple :


  • Saignement “en sens inverse“ de l'utérus via les trompes de Fallope dans le bassin au lieu de depuis l'intérieur de l'utérus “vers“ le vagin.

  • Transformation d'autres cellules du tissu abdominal en cellules de l'endomètre, en raison de troubles hormonaux ou immunitaires (cela est mal compris par les spécialistes et les chercheurs).

  • Transport de cellules de l'endomètre par le sang ou le liquide lymphatique vers d'autres parties du corps (un peu comme les cellules cancéreuses) ou pendant la chirurgie lorsqu'elles peuvent se fixer à des cicatrices.



Toutes ces explications semblent indiquer un mouvement excessif ou dis-harmonieux, que ce soit à l'intérieur de chaque cellule elle-même (par exemple par décret génétique ou hormonal) ou, à plus grande échelle, lorsque les cellules s’en vont “en masse“ (en sens inverse ou via le système sanguin et lymphatique) en réponse à la dis-harmonie globale.



Pourquoi ces cellules spécialisées ont-elles de tels mouvements alors que leur fonction énergétique et leur rôle est de fournir :


  • quiétude

  • nettoyage et purification

  • connexion avec elles-mêmes pour chaque femme tous les mois

  • un environnement propice à toute nouvelle vie pour se développer.



Se pourrait-il que le mouvement constant de la société d'aujourd'hui (alimenté par le cocktail de stimulants comme la caféine et le sucre, les idéaux erronés de “la super woman“ 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et des façons de travailler calquées sur une manière de fonctionner masculine) sabote notre santé féminine à un niveau cellulaire très réel ?



Farfelu ? Peut-être pas. La plupart des femmes admettront que nous avons ressenti dans une certaine mesure les attentes contraignantes de notre société exigeante et fondées sur le mouvement incessant, au cours de notre vie. Mais sommes-nous prêtes à réaliser à quel point nous l'avons intégré dans notre expression au quotidien ? Et que cela a des conséquences désastreuses pour notre corps tous les mois ?



La jeune science de l'épigénétique nous dit en substance, que nos choix de mode de vie répétés affectent les segments de notre ADN (et les cellules qu'ils influencent) qui seront exprimés à tout moment, y compris nos expressions hormonales et immunitaires [8]. Si nous relions à nouveau les points qui forment le dessin, nous voyons que les choix que nous faisons collectivement en tant que femmes sont faits en réponse à un sens imposé de “mouvement“ sociétal, un rythme qui nous oblige à répéter des mouvements qui ne sont pas conformes au vrai rythme qui vient de l'intérieur.



Les maillons de cette chaîne peuvent être nombreux, mais ils sont robustes, et ils commencent par nos simples choix quotidiens d'être conscientes et, au mieux de nos capacités, de choisir de placer notre rythme intérieur avant le rythme sociétal extérieur.



Avons-nous été “piégées“ par un rythme basé sur le mouvement comme les cellules endométriales errantes qui continuent de déconcerter la science moderne ?



Et si oui, est-il possible que nous ayons été dupées par notre société qui glorifie en mettant le corps féminin dans un mouvement excessif et une dureté sous toutes ses formes ? Tels que :


  • Les activités de type “mental (esprit) dominant la matière“ (par exemple, sports de compétition de tous types et régimes de remise en forme axés sur les objectifs).

  • La poursuite incessante de la connaissance mentale au prix du bien-être personnel (par exemple, le monde universitaire).

  • Les stimulants du système nerveux (par exemple caféine, sucre, nicotine et alcool).

  • Les activités émotionnelles en tous genres telles que : manger sous l’emprise de l’anxiété, virées de shopping motivées par l'excitation et histoires d’amour motivées par le désespoir.

______________________________



Dans la vingtaine, en tant que médecin très occupée, j'avais l'impression que le fait de pousser mon corps et d’être dans l'excès de “faire“ étaient mon état d'être par défaut, même lorsque mon corps était “au repos“, je n'étais pas détendue. Je ne pense pas que ce soit juste une coïncidence que j'ai développé des règles douloureuses et des symptômes qui, rétrospectivement, ont peut-être été les débuts de l'endométriose. Cela ne m'a certainement pas fait prendre conscience que ma manière d'être frénétique était peut-être à l'origine des problèmes de fertilité que je rencontrais également. Depuis que j'ai renoncé à mon mode de vie surexcité (y compris les aliments et les activités qui ne soutiennent pas un sentiment de calme), mes cycles menstruels sont devenus réguliers et principalement indolores. Et plus intéressant encore, ils m’apportent maintenant un sentiment déquilibre personnel et un rééquilibrage émotionnel que je ne connaissais pas auparavant.


______________________________



Devons-nous vraiment attendre que la science rattrape notre intuition naturelle ? La physique quantique nous dit que toute la matière et ses composantes atomiques sont de toutes façons en mouvement, à des degrés divers et avec des conséquences variables dans notre monde “réel“. Pourquoi négligeons-nous ce fait avec tant de désinvolture ? Cette science ne s'applique-t-elle pas également à notre corps physique ?



Se pourrait-il que nos simples choix influencent notre ADN (l'épigénétique) et affectent ainsi le mouvement de nos atomes (tel que postulé en physique quantique) de sorte que nos cellules de l'endomètre expriment ensuite la disharmonie et deviennent sérieusement égarées (comme c'est le cas dans l'endométriose) ?



Je ne peux m'empêcher de me demander si nous toutes, en tant que femmes, choisissions notre qualité innée de quiétude plutôt que la stimulation et le mouvement excessifs (comme nous le faisions dans d’autres temps), nos cellules de l'endomètre, les statistiques sur l'endométriose et le monde en général pourraient en bénéficier énormément. Sans parler des milliards économisés sur la recherche coûteuse et la vitalité au travail ! Pour ma part, je suis prête à expérimenter davantage la qualité de la quiétude.


______________________________



Références :


  • University College London Hospitals. Informations générales sur l'endométriose. Consulté en février 2018.

  • Diabète Royaume-Uni : Prévalence du diabète 2012 (avril 2012). Le diabète touche environ 2,9 millions de personnes, dont un peu moins de la moitié sont des femmes.

  • Rogers PA, D'Hooghe TM, Fazleaba A, et al. Priorités de recherche sur l'endométriose ; Recommandations d'un atelier de consensus international. Reprod Sci 2009 ; 16 (4):335-46

  • www.endometriosisuk.com

  • Simoens S, Dunselman G, Dirksen C et al. Le fardeau de l'endométriose ; les coûts et la qualité de vie des femmes atteintes d'endométriose et traitées dans les centres d'orientation. Human Reprod 2012 ; 27(5):1292-9

  • Enquête de diagnostic. Endométriose Royaume-Uni. Février 2011. Au total, 2 890 femmes atteintes d'endométriose ont participé à une enquête de sensibilisation du public à l'endométriose au Royaume-Uni. Le temps moyen accordé pour le diagnostic entre les symptômes et le diagnostic était de 7,5 ans. Une constatation similaire de 74 ans a été trouvée dans : Arruda MS, Petta CA, Abrao MS, Benetti-Pinto CL. Le temps s'est écoulé entre l'apparition des symptômes et le diagnostic d'endométriose dans une étude de cohorte de femmes brésiliennes. Hum Reprod 2003;18 (4):756-759

  • Endométriose-Symptômes et causes - Clinique Mayo. https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/endometriosisAccessed Feb 2018

  • Épigénétique. https://fr.wikipedia.org/wiki/EpigeneticsAccédé en février 2018

15 vues0 commentaire