Rechercher
  • marylinecd

La vérité sur “La Pilule“…

Ce que chaque femme devrait savoir sur La Pilule


De tous les nombreux médicaments sur le marché, il n'y a qu'une seule pilule connue sous le nom de "La Pilule".


La Pilule est une combinaison d'hormones féminines synthétiques - œstrogène et progestérone - utilisée pour imiter la grossesse et supprimer l'ovulation féminine et donc la fertilité, réduisant ainsi le risque de grossesse non désirée.


Comment cela se fait-il qu’elle soit devenue si connue et largement utilisée et en fait, d’où vient-elle ?




L’HISTOIRE DE LA PILULE


Il s'avère que La Pilule a sa genèse dans l’ Allemagne nazie, où des médecins et des scientifiques testaient l’éthinylestradiol (le même produit chimique encore utilisé dans la contraception hormonale aujourd'hui), comme agent de stérilisation chimique dans leur camp de concentration d'Auschwitz.



Les méfaits de l'utilisation d'œstrogènes synthétiques, qui sont de puissants produits chimiques qui peuvent affecter toutes les cellules du corps, sont rapidement devenus évidents, mais les médecins ont continué à les utiliser pour diverses indications "hors étiquette" après la guerre.



L'utilisation de plus petites doses d'œstrogènes pour la contraception a été ressuscitée dans les années 1950 par Margaret Sanger - une femme dont la mère était décédée tôt après 11 naissances et 7 fausses couches et qui voulait développer une "pilule magique" pour prévenir les grossesses non désirées - et le Dr Gregory Pincus. Ignorant les nombreux avertissements sur le danger des œstrogènes synthétiques, leur collaboration a suscité l'intérêt de grands noms au pouvoir économique important qui étaient déjà actifs dans la lutte pour le contrôle de la population.



L'utilisation de La Pilule a été approuvée par la FDA (Food and Drug Administration) en Amérique sur la base d'une étude portant sur seulement 132 femmes portoricaines qui ont pris La Pilule pendant seulement 12 mois.



Les informations présentées à la FDA ont montré son efficacité, mais ont caché son manque de sécurité, car les 5 femmes auparavant en bonne santé, qui sont mortes en prenant La Pilule et furent enterrées sans autopsie, n'étaient pas incluses dans les données. L'utilisation de La Pilule a été approuvée à une époque où il y avait une révolution sexuelle en Occident, où les femmes voulaient contrôler leur corps et leur fertilité et planifier leur famille et leur carrière, et en même temps, on craignait une explosion démographique mondiale.


Au cours de la première décennie de son utilisation, les médecins ont signalé que les femmes souffraient et mouraient parfois de caillots - accidents vasculaires cérébraux et embolies. Malgré des preuves croissantes, les entreprises pharmaceutiques ont refusé d'assumer la responsabilité des graves complications, mais ont utilisé une stratégie de relations publiques pour jeter le doute sur les conclusions, affirmant ironiquement que les chiffres étaient trop faibles pour tirer des conclusions et que davantage de recherches étaient nécessaires.


En 1968, le British Medical Journal a publié l'étude rétrospective Inman-Vessey qui a montré un risque 7,5 fois plus élevé de décès par accident vasculaire cérébral chez les jeunes femmes prenant La Pilule. Il s'agissait d'une étude vaste et solide et les dangers de la contraception hormonale ne pouvaient plus être ignorés, mais les médecins ont continué à minimiser les risques et à encourager les femmes à la prendre.


Les préoccupations croissantes à propos de ce problème et de nombreux autres dans l'industrie pharmaceutique ont conduit à l'établissement de ce qui est devenu les audiences Nelson sur les pilules, une enquête du Sénat sur les "problèmes concurrentiels dans l'industrie pharmaceutique" présidée par le sénateur Gaylord Nelson. Les audiences ont commencé en 1967 et ont duré dix ans, examinant le vaste éventail de questions dans l'industrie pharmaceutique (dont la plupart sont encore problématiques aujourd'hui) et en 1970, le comité s'est penché sur le contrôle des naissances.


Des preuves ont été partagées par des médecins experts sur une gamme de complications liées à La Pilule. Pourtant, maintenant, 50 ans plus tard, elle continue d'être utilisée par les femmes du monde entier et ce n'est pas une version de Pilule plus sûre, comme on le dit souvent.


Les fabricants de Yaz et Yasmin, les marques les plus populaires de Pilule aujourd'hui, ont versé plus de 2 milliards de dollars pour régler plus de 10.000 poursuites pour caillots sanguins et les chiffres continuent d'augmenter. Et bon nombre de complications “rares“ que les médecins attribuaient à La Pilule lors des audiences se manifestent en grand nombre aujourd'hui.


Les informations de ces audiences ont été supprimées par les efforts de l'énorme machine de relations publiques de l'industrie pharmaceutique, soutenues par la pression pour le contrôle de la population, et des millions de femmes qui souffrent encore des conséquences de cette information supprimée.



Même aujourd'hui, lorsque vous commencez à rechercher les effets secondaires associés à La Pilule, vous obtenez certaines réponses : (1)

  • « Cela ne prouve pas un lien » - généralement suivi de « Davantage de recherches doivent être effectuées ». Cela a entravé ceux qui ont des préoccupations en matière de sécurité depuis les premiers jours.

  • « Cela ne signifie pas que les femmes devraient arrêter de prendre La Pilule». Cela vient souvent de l'enquêteur principal qui vient de découvrir le lien avec une complication chronique ou mortelle.

  • « Cela n'affecte que X femmes pour 10.000».Mais avec des millions de femmes qui prennent La Pilule, n'importe quel nombre pour 10.000 s'additionne rapidement.

  • « Le risque est plus grand si vous avez plus de 35 ans ou si vous fumez». Ce qui est vrai, mais les jeunes femmes qui ne fument pas courent également un risque de complications graves et potentiellement mortelles.

  • « Les avantages l'emportent toujours sur les risques». Avantages pour qui et risques pour qui ?


Le mantra continu était et est : Les avantages l'emportent toujours sur les risques. Le prétendu avantage pour la société du contrôle de la population par rapport au risque pour les individus. Nous sommes manipulés pour penser que la fin justifie les moyens et que la santé des femmes est consommable.


LES EFFETS SECONDAIRES DE LA PILULE


Il y a des effets secondaires bien connus de La Pilule et d'autres qui sont moins bien connus. C'est un bref résumé de ce que nous savons, que nous pouvons occulter ou nous permettre de ressentir profondément dans notre corps ce qui arrive aux femmes du monde entier.



De nombreux effets secondaires de La Pilule se produisent sous forme de maladies courantes, comme le cancer du sein, les migraines et les accidents vasculaires cérébraux, et ces maladies sont devenues encore plus fréquentes depuis l'introduction des contraceptifs hormonaux. Ils sont devenus si communs, si familiers, que nous semblons avoir oublié de chercher ce qui pourrait en être la cause.


Certains effets secondaires, tels que la migraine et la dépression, peuvent survenir peu après la prise de La Pilule, mais d'autres peuvent prendre un certain temps pour se manifester, ce qui peut nous empêcher d'associer la cause à l'effet. Les médecins ont tendance à minimiser les effets de La Pilule au point où ils n'attribuent souvent pas du tout les effets au médicament.

Migraines

La corrélation entre les pilules contraceptives et les migraines est connue depuis des décennies, tout comme leur lien avec un risque accru d'accident vasculaire cérébral, qui cause plus de décès chez les femmes chaque année que le cancer du sein, y compris et de plus en plus chez les jeunes femmes.

Caillots sanguins

Les veines dans les jambes des femmes qui prennent La Pilule se dilatent et le flux sanguin ralentit, conduisant à une stagnation relative qui peut contribuer à une coagulation dangereuse et mortelle, provoquant des accidents vasculaires cérébraux et des embolies pulmonaires. Et non seulement les nouvelles formulations de La Pilule ne sont pas plus sûres, mais certaines comme Yaz et Yasmin qui contiennent de la drospérinone se sont avérées deux à trois fois plus susceptibles de provoquer la coagulation que les générations précédentes de La Pilule.

Athérosclérose

La Pilule peut causer l'athérosclérose, l'accumulation de plaque ou le durcissement des artères, et les risques augmentent plus vous prenez La Pilule longtemps. Bien que les caillots soient un risque réversible à court terme (si vous survivez), le risque d'athérosclérose persiste longtemps après l'arrêt de la prise de La Pilule et pourrait entraîner un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque. Certains des principaux facteurs qui peuvent contribuer à l'athérosclérose comprennent : l'hypertension artérielle, l'hyperglycémie et l'hypercholestérolémie, qui peuvent tous être augmentés en prenant La Pilule, dû à l'effet de ces hormones synthétiques sur d'autres hormones du corps.

Cancer du sein

Lors des audiences Nelson sur les pilules en 1970, le lien entre la prise de La Pilule et le développement du cancer du sein a été mis au jour, pourtant des millions de femmes ont continué à la prendre et la prennent encore aujourd'hui. À cette époque, le risque à vie de cancer du sein chez les femmes américaines était de 1 sur 20. Aujourd'hui, c'est 1 sur 8, soit une augmentation de 210 % en 50 ans.



En 2017, une vaste étude danoise a rapporté que les femmes sous contraceptifs hormonaux étaient 20 % plus susceptibles de développer un cancer du sein, et cette étude comprenait les pilules faiblement dosées, les stérilets hormonaux et les pilules à progestatif seul uniquement. L'oncologue Dr Marissa Weiss a déclaré :



« Les gynécologues ont juste supposé qu'une dose plus faible d'hormone signifiait un risque plus faible de cancer. Mais le même risque élevé est là. » (2)


Stérilisation permanente

L'utilisation d'œstrogènes synthétiques pour outrepasser la production d'hormones naturelles peut entraîner des conséquences à long terme d'un retard de fertilité ou même d'infertilité et de nombreuses femmes cessent de prendre La Pilule lorsqu'elles sont prêtes à avoir des enfants pour constater qu'elles ne sont pas en mesure de le faire.



Dépression et troubles de l'humeur

Nous rejetons fréquemment l'irritabilité et la dépression comme des effets secondaires mineurs de la contraception qui peuvent être traités avec plus de médicaments - les antidépresseurs.



On sait depuis les premiers jours que La Pilule affectait l'humeur de nombreuses femmes et que les taux de dépression et de suicide avaient augmenté. Les nouvelles générations de contraception n'ont pas atténué le problème. Une étude danoise de 2016 a montré que les femmes prenant une contraception hormonale étaient 70 % plus susceptibles de souffrir de dépression et en 2017, le même groupe de recherche a constaté que la dépression vécue était plus intense que celle des femmes qui n'avaient jamais pris de contraception hormonale et que la prise de contraceptif a plus que triplé le risque de suicide.


Maladie auto-immune (AI)

Il y a maintenant près de 100 maladies différentes sous cette classification, qui ont toutes en commun le fait qu'elles sont dues au fait que le système immunitaire de l'organisme attaque ses propres tissus. Il existe une prédisposition génétique à ces maladies, mais elles sont activées par des déclencheurs environnementaux. Les œstrogènes naturels jouent un rôle vital dans le système immunitaire de la femme. Mais les œstrogènes synthétiques déséquilibrent ce système délicat et confondent le système immunitaire, qui peut ensuite attaquer les propres tissus sains du corps. Près de 80 % de toutes les maladies auto-immunes surviennent chez les femmes.


Il a été démontré que La Pilule provoque ou aggrave l'activité de la maladie dans :

· Lupus érythémateux systémique (LES)

· Sclérose en plaques (SP)

· Maladie de Crohn

· Colite ulcéreuse

· Dysfonctionnement thyroïdien



et causent la perte de cheveux, les maladies du foie et des calculs biliaires.



Il ne s'agit pas seulement des femmes

L'Organisation Mondiale de la Santé a classé les contraceptifs hormonaux comme cancérigènes du groupe 1 en 2005. Bien que le risque puisse être plus important chez les femmes qui choisissent de les prendre tous les jours, parfois pendant des années ou des décennies, elles ne sont pas les seules à être atteintes.



L'Éthinylestradiol est une hormone synthétique 100 fois plus puissante que notre œstrogène naturel. Afin d'être efficaces pour prévenir la grossesse, ces molécules ne peuvent pas être décomposées par l'acide gastrique dans l’estomac. Elles traversent le corps pratiquement inchangées, ce qui signifie que des millions de femmes jettent ces puissants produits chimiques dans le système d'assainissement chaque jour.



Les scientifiques de l'environnement connaissent les effets de ces œstrogènes sur la féminisation des poissons depuis des années, mais que nous font-ils à nous tous ?



Une étude de 2017 a révélé que le nombre de spermatozoïdes chez les hommes humains a chuté de plus de la moitié depuis 1973. La théorie est que les fœtus mâles sont exposés à des facteurs environnementaux dans l'utérus, qui sont antagonistes à leurs hormones sexuelles masculines et affectent leur développement reproducteur.

Que faisons-nous de toutes ces informations ?

Il ne fait aucun doute que La Pilule cause de graves problèmes de santé aux femmes en particulier, et il est de plus en plus évident qu'elle peut causer des problèmes à tous. La Pilule en est venue à occuper une place emblématique dans la culture contemporaine et le narratif a été défini de telle sorte que le "contrôle des naissances" équivaut à "La Pilule" et aux "Droits des femmes". Ce qui est une aubaine pour les entreprises pharmaceutiques, car toute "attaque" contre La Pilule peut être considérée comme une attaque contre le droit des femmes. Il y a une pression sociale sur les jeunes femmes pour qu'elles prennent La Pilule, et elles assument le risque pour leur santé tandis que les seules bénéficiaires sont les entreprises pharmaceutiques. Les femmes prennent leur décision sur la base d'un consentement minimalement éclairé, beaucoup font confiance à leur médecin qui sait ce qui est bon pour elles. La même profession qui, il n'y a pas si longtemps, nous disait que fumer des cigarettes était bon pour notre santé.



« Lorsque vous êtes au courant des informations sur La Pilule et que vous savez que la plupart des femmes n'ont pas reçu ces informations, votre responsabilité change-t-elle ? Je pense que oui. » (3)


Mike Gaskins, auteur de "Au nom de La Pilule ».



Les pages ci-dessus sont un résumé du merveilleux livre de Mike Gaskins intitulé "Au nom de La Pilule" qui m'a été présenté par une amie, et je peux fortement recommander de lire l'ensemble du livre pour un exposé sincère, détaillé et nuancé des faits. En tant que femme, épouse, mère et grand-mère de 60 ans, et d’autre part médecin, j'ai été horrifiée de ne pas connaître ces données. On ne me les a pas enseigné à l'Ecole de Médecine, ce qui est un facteur à aborder, mais j'ai également pris La Pilule de 17 à 35 ans et j'ai eu toutes les occasions de me rendre compte de ces données par moi-même à partir de l'intelligence de mon propre corps.

Offre et demande (ou vous obtenez ce que vous demandez)

Nous pouvons supposer que les femmes sont des destinataires innocents, voire des victimes de tout cela, mais comment se fait-il que les femmes soient prêtes à outrepasser la connaissance de leur propre corps pour prendre de puissantes hormones qui peuvent avoir des effets nocifs et même mortels ? Nous pouvons dire que nous ne le savions pas, mais est-ce vraiment vrai ?



Je sais par moi-même que La Pilule m'a fait me sentir horrible. J'étais irritable et misérable pendant près de 20 ans que je l'ai prise et il est tout à fait possible que ma morosité ait contribué aux nombreuses ruptures relationnelles que j'ai traversées et à ma dépendance à l'égard de l'alcool (ce qui n'a fait qu'empirer les choses). Mais j'avais mis fin a une grossesse non planifiée à l'âge de 17 ans et je ne voulais pas revivre cette expérience. Et je voulais pouvoir avoir des relations sexuelles avec qui je voulais, quand je voulais, sans l'inconvénient d'avoir à assumer la responsabilité des conséquences. Et c'est en cela que réside le dilemme. La révolution sexuelle a libéré les femmes, du moins c’est ce que nous pensons, mais l'a-t-elle fait vraiment ? Ou cela ne nous a-t-il rendu plus masculines ? Serait-il possible que la prise de La Pilule et la suppression de nos cycles hormonaux naturels aient contribué à ce que nous adoptions l'énergie masculine comme la nôtre ?


Il y a quelque chose de tout à fait charmant chez une femme qui est en contact avec sa sacralité, qui honore son corps et ses cycles naturels, et qui est prête à refuser d’exposer ce corps a un contact physique qui ne serait pas vrai pour elle. Mais combien d'entre nous ont l'estime de soi, l'intégrité, voire l'amour de soi pour le faire ? Combien d'entre nous pensent que nous devons être disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 pour plaire à nos hommes, peu importe ce que nous ressentons et quelles peuvent en être les conséquences ? Combien d'entre nous estiment que nous devons mettre notre santé et même notre vie en danger pour être sexuellement disponibles, tout le temps ?



Il existe des méthodes de sensibilisation à la fertilité (4) qui peuvent être aussi fiables que de prendre La Pilule, lorsqu'elles sont utilisées correctement, mais combien d'entre nous sont prêts à se connecter, à prêter attention et à honorer notre corps afin de pouvoir utiliser ces méthodes ?



Jusqu'à ce que nous, en tant que femmes, soyons prêtes à assumer l'entière responsabilité de nos cycles et de notre corps, nous resterons à la merci des entreprises pharmaceutiques et des solutions rapides avec tous les risques inhérents qu'elles comportent. Ce n'est que lorsque nous cesserons d'exiger des solutions à nos problèmes au lieu de nous attaquer à la cause profonde de nos maux qu'il sera possible de briser cette chaîne d'approvisionnement. C'est à nous de commencer à dire non à ce qui n'est pas vrai pour nous et à honorer ce qui est vrai, quelles qu'en soient les conséquences.


Les femmes dans leur ensemble ont perdu le lien avec leur calme et leur sacralité intérieurs, l'essence de ce que c'est que d'être une femme.


Nous nous sommes égarées et nous nous sommes contentées de rivaliser avec les hommes sur leur terrain de jeu... un terrain pour lequel nous n'avons jamais été conçues... car l'essence d'une femme est la quiétude vivante en elle et dépourvu de cela, nous sommes perdues, tout comme nos hommes.



La clé pour restaurer notre sentiment intérieur de quiétude et de sacralité commence par un stop. Arrêtez simplement le mouvement implacable dans lequel nous sommes, l'éternelle activité ainsi que l’effort d’être quelqu'un ou quelque chose que nous ne sommes pas. Nous sommes toutes intrinsèquement belles, sacrées et divines. Lorsque nous commençons à renouer avec cette beauté innée, nous commençons à honorer la beauté de notre corps et l'être divin pour lequel il a été conçu.


Lorsque nous commençons à vivre avec notre essence intérieure, il est simplement naturel d'honorer les rythmes et les cycles du corps, de vivre dans un profond respect pour eux, de nourrir le corps et l'être qu'il abrite et d'enrichir notre vie et celle de tous ceux qui nous entourent depuis la quiétude vivante, le caractère sacré éternel, à l’intérieur de nous.


RÉFÉRENCES :

1. Mike Gaskins, p 69, Au nom de la pilule (disponible à l'achat en ligne)

2. Dr Marissa Weiss p 122, Au nom de la pilule

3. Mike Gaskins, p 198, Au nom de la pilule

4. www.followyourflow.com.au/cycle-wise-woman



34 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout