Rechercher
  • marylinecd

Mon corps : ma boussole et mon repère

Le marché du bien-être en France est un secteur en plein essor, 290.000 entreprises exercent dans le secteur et représentent une industrie de près 38 milliards d’euros. Derrière ces chiffres colossaux, on sent bien qu’il y a une demande très forte de la population à prendre soin de soi et de son corps.


Ecouter son corps


Il est maintenant communément admis qu’écouter son corps est une priorité si l’on veut être en meilleure santé possible. En fait, notre corps communique constamment avec nous en nous envoyant des messages sous forme de signaux et de sensations que nous choisissons d’écouter et de nous efforcer d’y porter toute notre attention, ou bien au contraire, nous choisissons d’ignorer ces signes et nous continuons dans cette façon de traiter notre corps sans nous remettre en question.


Un simple exemple : si on se sent fatigué à 20.30 après une bonne journée de travail, pourquoi ne pas pendre du temps pour soi dans le calme avec une bonne tisane ou un bain bien chaud et se coucher tôt plutôt que de se mettre devant un film ou sur les réseaux sociaux pendant une heure ou deux en pensant que 20.30 est beaucoup trop tôt pour aller se coucher ! Ces deux heures rognées sur ce temps de repos que demande notre corps aura un impact néfaste sur notre bien-être physique et mental et notre corps se sentira agressé.

Ecouter notre corps dans les moindres détails, se connecter à lui et sentir ce qui est bon ou moins bon pour lui nous aide à comprendre ce qui nous soutient dans notre santé et notre vitalité ou, au contraire, ce qui contribue à notre stress, à notre mal-être ou à notre disharmonie. On peut donc dire que le corps possède une intelligence infaillible et agit comme un repère dans notre santé et notre bien-être.


L’esprit, le mental n’ont pas le monopole de l’intelligence !


On nous enseigne depuis l’enfance que notre tête, notre cerveau est le siège de notre intelligence - c’est le fameux “je pense donc je suis“ de René Descartes (1596-1650) qui donne tous pouvoirs à notre tête au détriment de notre corps et cette philosophie imprègne encore notre culture et notre éducation aujourd’hui.


Cependant, notre corps est composé d’un énorme réseau de voies nerveuses et énergétiques qui communiquent entre elles, envoyant des signaux et des instructions d’une partie du corps à l’autre, cellule par cellule. Les informations sont transmises du corps au cerveau et nous savons que le cerveau envoie des signaux au corps. Notre corps nous envoie aussi des messages et des informations subtiles auxquels ils serait bon de répondre.

Le corps est en fait un organisme intelligent capable d’agir indépendamment de l’esprit grâce à ses propres systèmes d’autorégulation et de feed-back.

L’intelligence de notre corps nous est précieuse car elle est la garante d’une vie harmonieuse, pleine de vitalité et de santé et riche d’enseignements et de sagesse. Sans l’intelligence de notre corps, nous sommes réduits à l’état de robots et “fonctionnons“ plus que nous vivons. Quand nous nous connectons à notre corps, nous avons immédiatement l’impression d’être connectés à l’univers puisque le microcosme qui est notre corps est le reflet du macrocosme qui est le cosmos, l’univers.


Retourner à cette merveille qu’est notre corps


Notre esprit, notre mental peut s’égarer d’une pensée à l’autre à toute heure du jour et de la nuit dans un bavardage incessant qui, souvent, ne nous conduit nulle part. Cela prend différentes formes : rêveries, pensées, fantasmes, imaginaire… nous avons en fait l’habitude de nous échapper de notre corps pour nous évader dans notre tête.


Voyons maintenant ce qui fait la différence entre être connecté à son corps ou être déconnecté de son corps :


- Quand nous ne sommes pas dans notre corps, nous ressentons de l’anxiété, de la nervosité, de la fatigue, de l’épuisement, de la dépression, des hauts et des bas émotionnels, de la confusion, un esprit préoccupé et distrait, de l’incapacité à penser clairement, pour ne citer que quelques symptômes.


- Par contre, quand nous sommes connectés à notre corps nous expérimentons un sentiment de détente, de satisfaction, de stabilité, de concentration, d’équilibre, de conscience, de tranquillité et de quiétude intérieure.


Pour cultiver la connection au corps, nous avons à notre disposition les outils suivants :


  • La douceur : la douceur est une qualité que nous pouvons apporter dans chaque mouvement effectué avec notre corps. Quand nous marchons, ramassons un objet, effectuons tous les gestes de la vie quotidienne, mais aussi quand nous parlons, nous pouvons appliquer délibérément la douceur dans tout ce que nous faisons.


  • La conscience du moment présent ou pleine conscience : elle consiste à entrainer l’esprit à être présent dans tout ce que nous faisons - l’union de l’esprit et du geste - au lieu de penser à autre chose.


  • La posture : il s’agit de prendre conscience de notre posture et de la position de notre corps. Notre posture à une grande influence sur les pensées qui nous traversent et cultiver une posture droite (colonne vertébrale droite incluant la nuque) est très important.


  • La conscience corporelle est le fait que nous avons conscience de tout ce que nous faisons avec notre corps et que nous le traitons avec la plus grande déférence et la plus grande considération. Notre corps est notre allié, notre meilleur ami et le respect de son corps entraine l’estime de soi et l’amour de soi et le sentiment de notre valeur augmente.



Revenir au corps est l'un des cadeaux les plus étonnants que nous puissions nous offrir. Plus nous choisissons d'être dans notre corps, plus celui-ci nous révèle gracieusement la profondeur et la sagesse de l'univers, ainsi que la grande beauté et l'ordre dont nous faisons partie.


Cela donne lieu à un sentiment d'espace où il n'y a pas d'urgence, de pression ou de stress à atteindre et où notre corps se sent à l'aise et libre de toute tension - même si nos journées sont bien remplies. Cet espace et ce flux de mouvements dans notre corps nous offrent la possibilité d’évoluer d’un mouvement à l’autre avec fluidité. Nous sentons alors une légèreté d’existence où nous faisons confiance à l’univers et à nous-mêmes et où nous pouvons observer la vie sans l’absorber et sans nous laisser envahir par elle.

Nous trouvons alors la sérénité.


Pour terminer et comme nous l’a transmis Pythagore (vers 580 av. JC - vers 459 av. JC) :


“Quand vous vivez en pleine conscience (en connection avec votre corps), vous êtes équipés pour faire face à n’importe quelle situation à laquelle vous êtes confrontés.“



23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout