Rechercher
  • marylinecd

Tatouages : dangers et conséquences

En 2018, 18% de la population française arborait un tatouage. Cette pratique connaît un regain de popularité depuis une vingtaine d’années principalement chez les jeunes. Il fut un temps, se faire tatouer était le domaine des bikers, des marins, des militaires, des rebelles et des taulards. Ils étaient synonymes de virilité, de rebellion et de criminalité. Maintenant, les salons de touages sont partout dans nos villes petites et grandes, dans nos centre commerciaux, c’est un magasin comme un autre. La consommation banalisée des tatouages est devenue monnaie courante au même titre que les salons de manucure, les coiffeurs ou les barbiers. Les tatouages sont désormais exhibés par des célébrités, des hommes d’affaires respectés et des sportifs de haut niveau. On assiste à une glamorisation du tatouage. Les barrières sociales aussi disparaissent comme par enchantement.

Une pratique à risques

Pour autant, cette pratique n’est pas anodine et sans risque car la peau n’aime pas recevoir de corps étrangers. Le tatouage consiste en effet en l’introduction de pigments et de colorants indélébiles sous la peau à l’aide d’une aiguille afin d’obtenir un dessin permanent. Effectivement, l’aiguille romp la barrière cutanée et les petits vaisseaux de la peau, puis ce sont les colorants qui pénètrent dans la peau et la présence de corps étrangers s’accompagne d’une réaction inflammatoire permanente car la peau tente de se débarrasser petit à petit de ces colorants qu’elle considère comme des intrus.

On peut assister à des risques infectieux locaux car la plaie créée par le perçage de la peau qui se cicatrisera en quelques semaines peut être la porte d’entrée à des infections bactériennes, notamment des staphylocoques.

Il peut également y avoir des risques infectieux viraux car le tatouage, qui s’accompagne d’un saignement durant la séance, présentera un risque potentiel de contamination par certains virus transmissibles par le sang comme l’hépatite B, le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et surtout l’hépatite C.

Les risques de réactions allergiques aux encres de tatouages sont probablement la complication la plus fréquente. Les tatouages peuvent démanger et gonfler après exposition au soleil. Ces réactions peuvent se produire après quelques semaines ou des décennies après la procédure.

On peut aussi noter les risques liés aux problèmes de peau qui précèdent le tatouage. On ne devrait pas bien sûr tatouer des zones de peau présentant des lésions cutanées. Egalement, certaines maladies dermatologiques chroniques peuvent se greffer sur des zones traumatisées par un tatouage comme par exemple un psoriasis, un lichen plan, un lupus cutané, une sarcoïdose ou du vitiligo. Il est également déconseillé de tatouer des zones touchées par l’acné car les lésions d’acné sont inflammatoires et contiennent certains germes. A éviter également, tatouer les zones de peau où il y a des grains de beauté bien sûr.

Il y a aussi des personnes qui ont développé des cancers de la peau sur des tatouages plus ou moins récents. Donc, il convient de consulter un dermatologue si une lésion apparaît et ne cicatrise pas sur un tatouage.

Qu’on le veuille ou non, l’encre de tatouage est une toxine et cette toxine va bousculer l’équilibre délicat du système lymphatique et va constituer une sorte d’attaque perpétuelle dans notre organisme qui va toujours tendre à l’homéostasie. Il semble que l’on manque de recul et l’on ne mesure pas encore l’impact des tatouages sur l’organisme.

Dans mon métier de thérapeute énergéticienne je vois des hommes et des femmes qui ont un ou plusieurs tatouages, voire même un dos complet, un côté de buste ou une jambe entièrement tatoués de couleurs. Certains affichent des citations, des prénoms d’amoureux ou d’enfants, des signes religieux ou profanes, tout est possible.

Mal dans sa peau = mal à la peau

Il y a des endroits du corps où la peau est plus délicate et plus sensible comme l’intérieur et le dessous des bras, le haut du buste et l’avant du cou - j’ai vu un jeune homme l’autre jour avec un énorme tatouage incorporant tout le cou des clavicules jusqu’au menton ainsi que les côtés jusqu’au lobe des oreilles. On avait l’impression qu’il avait en permanence une main qui essayait de l’étrangler ou de l’empêcher de parler ! Mais qu’est-ce qui pousse tout ces jeunes à souffrir sous l’aiguille et à se laisser maltraiter de la sorte ?

En décidant de se faire tatouer, ce qui signifie subir un procédé extrêmement douloureux, quelle image a-t-on de nous-mêmes ? En s’infligeant une telle douleur, cela ne montre-t-il pas un total irrespect et un total manque de considération et d’estime de nous-mêmes ? Notre corps ne mérite-t-il pas mieux ?

L’image que nous avons de nous-mêmes va déterminer comment nous traitons notre corps. Si je critique continuellement mon corps physique et que je ne me trouve pas assez beau, grand, mince, musclé etc etc et que je ne m’accepte pas comme je suis, c’est un problème d’image. On ajoute un tatouage pour pallier le manque d’amour que l’on a de nous-mêmes. Au lieu d’essayer de coller à une image idéale que nous avons de nous-mêmes, pourquoi ne pas commencer par s’apprécier d’abord, voire même à s’aimer ? C’est comme si nous voulions punir ce corps car il n’est pas assez à notre goût.

Vous allez me dire : mais non, je le fais au contraire pour mettre en valeur une partie de mon corps comme on se pare d’un bijou ou d’un accessoire vestimentaire mais alors pourquoi, à la place de se faire tatouer un dessin indélébile, on ne s’achète pas tout simplement à la place des bouches d’oreilles, une bague ou une belle paire de chaussures ? Vous l’avez compris, ce qui me gène ici c’est la douleur : on paie quelqu’un pour nous faire souffrir. Et ça je ne peux l’accepter !

La prochaine fois que vous avez envie d’un tatouage ou d’en faire un autre, pourquoi ne pas se poser les questions suivantes :


  • Pourquoi avons-nous besoin d’un tatouage pour orner notre corps ?


  • Pourquoi ne nous sentons-nous pas en pleine harmonie avec ce que nous sommes déjà ?


  • Pourquoi notre corps n’est-il pas assez beau tel qu’il est ?


  • Pourquoi tenons-nous à exhiber le dessin/l’expression d’un tatoueur ? Et pourquoi ne pas manifester notre expression plutôt que l’expression d’une autre personne ?


  • Pourquoi laisser l’énergie vibratoire d’une autre personne, en l’occurence du tatoueur, polluer notre système énergétique et briser notre intégrité ?

Nous avons tout à gagner à apprendre à s’aimer tout simplement en y incluant son corps car s’aimer est le meilleur moyen de vivre une vie harmonieuse et épanouie.


41 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout