Rechercher
  • marylinecd

La musique adoucit les moeurs. Vraiment ? Rien n’est moins vrai…

Ce proverbe populaire qui semble trouver ses origines dans les écrits de Platon implique que la musique aurait des vertus éducatives et apaisantes sur nos moeurs dans la société.



La musique fait partie de notre vie et son influence est omniprésente. Elle est absolument partout : dans les centres commerciaux, les supermarchés, les magasins, les salles d’attente de certains médecins, dans les hôpitaux (même quand nous passons une IRM, on nous met un casque qui diffuse de la musique !), les maisons de retraites, les voitures, les taxis, la scène sportive, les lieux de travail, sans même parler de la radio et de la télévision dont le bruit de fond est là également musical. Beaucoup de gens vivent aussi les écouteurs dans les oreilles accro au streaming musical et autres applications.



Nous écoutons, jouons et absorbons de la musique et, comme tout est énergie, cela a des effets sur notre corps sans même que nous n’y prenions garde. Nous n’y faisons pas attention car la musique fait partie intégrante du monde dans lequel nous vivons. En effet, depuis les temps immémoriaux, la musique a toujours constitué un lien entre les personnes d’une même société, dans toutes les cultures. Un des premiers instruments de musique est une flute en forme de vautour qui date de plus de 5000 ans, à l’époque Néandertalienne. Elle a été et est une forme de communication comme les arts visuels ou les mots écrits.



Nous absorbons la musique de partout mais discernons-nous toujours les intentions et le contenu réel de la musique que nous écoutons ou que nous jouons ? En effet, mesurons-nous aussi les effets qu’elle peut avoir sur nous et comment elle peut changer notre humeur par exemple ?



La science sait que les ondes sonores de la musique affectent le corps et sa structure physique et énergétique, mais quel est l'impact total de la musique sur notre santé et notre bien-être, et que signifie-t-il par rapport à la façon dont la musique est faite ?



L’histoire de la musique nous apprend que Pythagore a été le premier à étudier la science de la musique sous l’angle de sa relaxation numérique et mathématique, aux alentours de 500 av.JC. Philosophe et mathématicien, Pythagore savait que la musique n’était pas simplement une structure et une technique, mais un mariage entre la théorie et la qualité énergétique de la vibration produite.



L’histoire ancienne et la science moderne nous apprend donc que l’on connaissait déjà le pouvoir du son sur la matière. Robert Hooke et Ernst Chladni étaient des scientifiques des 18ème et 19ème siècles qui ont étudié les effets du son. Chladni utilisait son archet de violon en jouant pour faire vibrer une plaque de métal recouverte de sable, et cartographiait les magnifiques motifs que le sable formait en réponse au son. Ce qui est très intéressant c’est que "plus la fréquence est élevée, plus le motif est complexe." Une fréquence plus élevée signifie que le son a plus d'énergie. Les motifs deviennent de plus en plus complexes à mesure que la fréquence et l'énergie augmentent. On a bien sûr également observé que si un son est assez puissant, il peut briser du verre.



La vibration de la musique porte en elle une énergie qui n'est pas entendue seulement par nos oreilles mais qui vibre profondément dans notre corps. Ce que nous devons nous demander, c'est si ces vibrations ont le pouvoir de nous nuire ou de nous guérir c’est à dire qu’elles sont soit nuisibles soit curatives. Il y a en effet seulement deux types d’énergie : soit la vibrations énergétique a une vertu guérisseuse, soit elle est nuisible.



Quand nous écoutons de la musique ou nous jouons une partition, nous recevons l’énergie du ou des musiciens ou du compositeur ainsi que l’énergie de leur style de vie dans leur ensemble. Nous recevons par exemple leur colère, leur tristesse, leur frustration, leur déprime, leurs addictions, leurs dépendances etc. Tout ce qui fait leur mal-être que les artistes expriment dans leur musique est absorbé non seulement par nos oreilles mais par tout notre organisme. Bien sûr, on ne va peut-être pas s’en apercevoir tout de suite parce que la vibration toxique va mettre du temps à s’installer. Et six mois plus tard nous nous apercevons que nos pensées sont différentes, nos choix de vie ne sont plus les mêmes et notre humeur elle aussi a changé et nous n’imaginons pas que c’est peut-être ce type de musique qui nous a infecté. Les parents peuvent quelques fois voir leur adolescent(e) changer quand ils se mettent à écouter un certain type de musique. Ils commencent à avoir des comportements qui ne leur ressemblent pas, ils commencent à s’habiller différemment et à penser différemment. L’énergie de la musique qui est maintenant à l’intérieur de leur corps leur donnent ces pensées.



Le corps humain est un véhicule, une enveloppe et ce qui lui donne sa qualité est l’énergie à laquelle il s’aligne et qui devient nôtre. Nos pensées ne viennent pas de nous mais de l’énergie que nous choisissons à chaque moment de laisser entrer dans notre corps. Nous choisissons un type de nourriture, nos boissons et ces préférences alimentaires comme notre façon de parler, de penser, de nous comporter, de nous mouvoir, de bouger viennent de la vibration énergétique à laquelle nous nous alignons et donc qui est choisie par notre véhicule.



Donc que l’on écoute les tonalités hyper-émotives d’un opéra, de la musique soit-disant apaisante de méditation, d’un concert de musique de chambre nostalgique et rempli de regrets ou du heavy metal saturé de colère, notre corps va automatiquement être envahi par ces vibrations car tout autour de nous est énergie et tout arrive par l’énergie et rien n’arrive jamais par hasard.



Il est donc important de discerner l’énergie que nous laissons rentrer dans notre véhicule et d’être responsable énergétiquement car cela aura des conséquence au niveau de notre bien-être et de notre santé.



24 vues0 commentaire